jeudi 9 juin 2016

Vango, tome 2, de Timothée de Fombelle : un prince sans royaume

Editeur : Gallimard
Année : 2011
Pagination : 393 p.
Public visé : Adolescents à partir de 12 ans, mais peut plaire aussi aux adultes

*Attention, il s’agit du second tome d’une série, présence de spoilers sur le tome précédent*

Résumé :
New York, 1936. Accroché au sommet des gratte-ciel, Vango poursuit l'homme qui a causé son malheur et détient le secret de sa naissance. Mais la fuite de Vango ne connaît pas de trêve. Qui est le chasseur et qui est la proie ? L'amour d'Ethel survivra-t-il à tant de tempêtes ? À travers les forêts du Caucase, le ciel de Paris ou de l'Écosse, ce second volume achève somptueusement la saga de Vango.

Ce que j’en pense :
Après bien des aventures en compagnie de Vango, préparez-vous à en vivre davantage ! Nous le retrouvons à New York en 1936, aux côtés de Zefiro, en quête de son passé et de vengeance.
Si le premier tome était entraînant, celui-ci est juste époustouflant ! L’auteur distille une foule de petits détails dans son intrigue et, avec une virtuosité folle, les fait s’entrecroiser dans des circonstances plus surprenantes les unes que les autres. J’ai rarement vu une telle maîtrise de la narration chez un auteur, d’autant plus qu’elle est associée à un style plus qu’agréable... Ce roman est tout simplement un bijou, à l’image des pommes de terre de Mademoiselle, ciselées en diamant à huit faces.
La dimension historique est toujours bien présente, l’auteur nous emmenant du milieu des années 30 au cœur de la Seconde Guerre Mondiale, et elle est parfaitement intégrée au récit. Enfin, j’ai été ravie en découvrant le secret des origines de Vango (moi qui adore un certain dessin animé avec une princesse disparue…bref), même si je l’avais deviné un peu avant sa révélation…mais c’est bien le seul élément, tant je suis allée de surprise en surprise.
Pas la peine d’en écrire plus, ce roman est une pépite à conseiller à quiconque aime lire et apprécie l’aventure et/ou l’histoire. Me voilà définitivement amoureuse de Timothée de Fombelle – sur un plan purement intellectuel, évidemment. Vivement les prochains romans !

Les + : la narration, la dimension historique
Les - : r.a.s
Appréciation : 5/5 (coup de cœur)

Stellabloggeuse
--------
« Tous les chagrins sont méprisants, imprenables, perchés à des hauteurs que personne ne peut rejoindre. Peut-être a-t-on trop peur qu'une consolation efface ce qu'il reste des souvenirs. »

« Ils se regardèrent en souriant. En faisant le compte de leurs amis, ils ne voyaient qu’un ramassis d’obstinés, tous plus têtus et passionnés les uns que les autres.

Cela les réconforta. »

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

A vous de donner votre avis, il est le bienvenu !