jeudi 18 octobre 2012

Raison et sentiments, de Jane Austen : le premier roman publié par Jane Austen

[Archipoche, 1996]

Après avoir découvert avec une grand joie Jane Austen il y a un peu plus d’un an avec « Orgueil et préjugés », j’avais très envie de découvrir un autre titre de cette auteure. C’est maintenant chose faite avec « Raison et sentiments », à l’occasion du Book club qui avait lieu hier soir sur Livraddict.

Résumé 

Injustement privées de leur héritage et dédaignées par un demi-frère avare et influencé par son intraitable épouse, Madame Dashwood et ses trois filles partent s’installer dans une maison très modeste à laquelle on donne le nom de « chaumière ». Elles sont rapidement acceptées par la bonne société locale et la cadette, Marianne, a rapidement des prétendants. Cette dernière vis ses sentiments d’une manière intense, sans chercher à les dissimuler, mais s’expose à une vive souffrance. Quant à son aînée, Elinor, elle n’est gouvernée que par la raison et s’efforce de cacher à tous à quel point l’homme auquel elle s’était attachée dans sa précédente résidence lui manque. Jusqu’où leur raison et leurs sentiments mèneront ces deux jeunes femmes ?

La « patte » de Jane Austen

Tout d’abord, je dois dire que j’ai été très heureuse de retrouver Jane Austen. Bien qu’il s’agisse ici de son premier roman publié, on retrouve le style présent dans « Orgueil et préjugés », son phrasé, son vocabulaire. Tout cela pose le décor d’une époque, du tournant entre les XVIIIe et XIXe siècles en Angleterre, avec une bonne société occupant son temps en mondanités, que ce soit à la ville ou à la campagne, dont les paysages sont fort bien décrits. Je m’y suis cru, tout simplement. En revanche, concernant les dialogues, je les ai trouvés moins savoureux, moins mordants que dans « Orgueil et préjugés », il m’a manqué cet humour que j’avais beaucoup apprécié.

Une intrigue bien ficelée

L’intrigue est assez lente à démarrer, Jane Austen passant un long moment au début du roman à nous présenter ses personnages et à esquisser leurs caractères. En toile de fond se dessine une critique de la dépendance financière des femmes vis à vis des hommes. Quoi qu'il en soit, je me suis peu à peu prise au jeu, surtout dans la deuxième partie du roman que j’ai beaucoup plus appréciée. Les évènements s’enchaînent plus rapidement, et les pièces s’assemblent peu à peu. Jane Austen maîtrise son intrigue, ne s’égare pas en digressions inutiles, et tire les ficelles jusqu’à une conclusion qui ravira toutes celles en qui sommeille un cœur de midinette. Et j’en fais partie, cette fin m’a ravie, bien qu'elle soit un peu rapide.

Les personnages

Néanmoins, mon principal regret vis-à-vis de ce roman concerne les personnages. D’une part, j’ai trouvé les personnages assez caricaturaux, qu’il s’agisse de Marianne - qui m’a quelque peu agacée à exhiber aux yeux de tous tant son bonheur que son malheur, sans pudeur, ou à parler à tort et à travers sans se soucier de blesser les autres - ou d’Elinor, désespérante de maîtrise d’elle-même, même si j’ai eu une préférence pour cette dernière. On est loin d’Elizabeth Bennet qui conjuguait à la fois bienséance et liberté, bonnes manières et humour. J’ai eu du mal à m’attacher à elles, même si chacune progresse à sa manière, notamment Marianne qui apprend à se modérer tout en gardant son franc-parler.

D’autre part, les personnages masculins manquent de charisme, aucun ne m’a fait rêver comme a pu le faire Mr Darcy. Ils n’ont pas fait battre mon cœur. Néanmoins, j’ai appris à apprécier peu à peu Edward et le colonel Brandon, même s’ils manquent clairement d’éclat. Quant aux personnages secondaires, j'ai regretté qu'ils ne soient pas plus fouillés, notamment Margaret, la petite soeur d'Elinor et Marianne. En revanche, j'ai apprécié le personnage de peste de Lucy, que j'ai adoré détester.

En tous cas, cette bourgeoisie de campagne forme une galerie de personnages sympathiques, notamment par leurs prises de position en faveur du mariage d’amour au détriment de la fortune.

En quelques mots…

Ainsi, j’ai apprécié ce roman dans lequel j’ai retrouvé la plume et l’atmosphère austenienne. Néanmoins, cette première œuvre parue de l’auteur n’est pas aussi aboutie que « Orgueil et préjugés », notamment en ce qui concerne les dialogues et les personnages. J’ai tout de même passé un bon moment, surtout durant la seconde partie du roman, et je compte bien poursuivre ma découverte de l’œuvre de Jane Austen.


Note : 3,5/5


Stellabloggeuse

--------
Ce roman fait partie du challenge : 
Challenge ABC 2012 : 22/26
--------

« -Je le crois bien, dit Marianne, qu’est-ce que la richesse et les grandeurs ont à démêler avec le bonheur ?
-Les grandeurs fort peu, dit Elinor, mais l’argent beaucoup plus.
-Elinor ! est-ce bien vous qui dites cela ? s’écria Marianne, l’argent ne peut donner le bonheur qu’à ceux qui n’ont pas d’autres moyens d’être heureux. Tout ce qui est au-dessus du nécessaire est inutile, et ne peut donner aucune satisfaction réelle. »

« -Ainsi, interrompit vivement Marianne, c’est la sage, la prudente Elinor, qui pense que l’on peut ainsi passer sa vie, d’attachement en attachement ; car si vous supposez la possibilité d’aimer deux fois, il n’y a plus de bornes ; pourquoi pas trois, dix, vingt, trente ! Comment soutenir cette idée ?
-N’exagérez pas, chère Marianne, dit Elinor en souriant, mais je crois que celui ou celle qui a été trompé une fois ne le sera pas deux. Un second attachement n’aura peut-être pas la vivacité du premier, mais il n’en aura ni la promptitude ni l’illusion : et l’on cherchera à bien connaître la personne avant de s’y attacher ; on n’aime que ce qu’on estime, et alors on peut aimer toujours. »

10 commentaires:

  1. Moins abouti tu as raison !
    Mon prochaine Austen est Persuasion, quel est le tien ?

    RépondreSupprimer
  2. Je me retrouve tout à fait dans ton avis ! J'avais aimé, moins qu'orgueil et préjugés ou Persuasion et j'avais trouvé les personnages masculin assez fades. Ceci dit, c'est toujours un bonheur de lire du Jane Austen.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il va vraiment falloir que je me procure Persuasion !

      Supprimer
  3. Je viens de recevoir Orgueil et préjugés en swap, haaaaaate de lire enfin du Austen. J'ai vu le film tiré de Raison et sentiments, je me souviens de l'histoire en lisant ton avis (qui me donne grave envie) mais il ne m'a pas marquée :/
    Mercii de me pousser à faire sortir un livre de ma PAL :p bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère vraiment qu'Orgueil et Préjugés te plaira, si ce n'est pas le cas, c'est qu'Austen et toi vous n'êtes pas faites pour vous entendre ;)

      Supprimer
    2. C'est ce que je crains...on verra ^^

      Supprimer
  4. Je trouve aussi Raison et Sentiments moi bon qu'Orgueil et Préjugés mais c'est un roman que j'apprécie de plus en plus avec le temps, surtout grâce à Elinor!! C'est vrai aussi qu'Edward ne me fait pas du tout rêver!!

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour cet avis si complet, et dans lequel je me retrouve tout à fait! Je me permets de partager sur mon blog le lien vers ton article.
    Bonne journée!
    Anna Lyra

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, ton commentaire me fait très plaisir :)

      Supprimer

A vous de donner votre avis, il est le bienvenu !