mardi 29 septembre 2015

Phobos, tome 1, de Victor Dixen : en route pour Mars !


Je n'avais encore jamais lu Victor Dixen, un auteur pourtant bien populaire parmi la blogosphère, les critiques, ou même les bibliothécaires. C'est chose faite avec ce premier tome de Phobos, au résumé très prometteur !

Résumé


Ils sont douze, ils sont à peine majeurs, et ils s'apprêtent à embarquer sur le Cupido pour débuter la colonisation de la planète Mars. Dans cette téléréalité spatiale, six garçons, six filles, qui vivront séparément dans le vaisseau et se rencontreront lors de speed-dating de six minutes, pour se choisir et fonder un foyer sur Mars. A moins que les enjeux financiers et politiques de ce voyage ne les conduise à une mort certaine…

Une histoire prenante


Ce roman regorge d'ingrédients pour une intrigue haletante : de la téléréalité mâtinée de science-fiction – et dans l'espace qui plus est – des amours naissantes, une menace grandissante qui créé le suspense… On ne peut que se laisser emporter par cette intrigue, et la grande adolescente que je suis encore parfois n'a pas fait exception. L'histoire est bien menée, l'auteur manie plusieurs points de vue (celui de Léonor, l'une des candidates, un point de vue omniscient au sein de la production de l'émission, et un point de vue extérieur) pour nous livrer les informations petit à petit – peut-être un peu trop vite à mon goût. Ceci dit, la fin nous laisse justement en plein suspense, avec l'envie de dévorer le second tome dès sa sortie au mois de novembre !

Des manipulations politiques

Ce qui fait la différence dans ce roman, c'est tout ce qui se trouve derrière les paillettes, le fond politique de l'histoire. Nous sommes dans des Etats-Unis devenus ultra-libéraux, ou les grandes institutions nationales ont été démembrées et vendues, dans une lutte impitoyable pour le pouvoir. Les speed dating, qui pourraient être répétitif, sont finalement tous différents et chacun apporte son lot de surprises. Mon seul bémol concerne les rapports entre les personnages et surtout les romances, bien trop rapides pour des jeunes gens qui se sont vus à peine une demi-heure derrière une vitre.

Les personnages

Les candidats à l'émission sont tous sans attaches, et chacun a un secret bien gardé. Léonor, que nous suivons la plupart du temps, est une orpheline qui souffre d'un rejet de son propre corps, depuis qu'elle a été brûlée dans un incendie. Elle est très rationnelle, une adepte du contrôle qui refuse de se laisser porter...jusqu'à ce que ses sentiments la rattrapent. Je l'ai trouvée plutôt sympathique. Les autres filles ont chacune un caractère bien stéréotypé : la douce Kirsten, la bonne élève Fangfang, la réservée et altruiste Safia, la manipulatrice Liz, et l'énergique Kelly. Quant aux garçons, nous les connaissons très peu, car ils n'apparaissent au lecteur que lors des speed-dating.

L'écriture

En ce qui concerne le style, je l'ai trouvé dans un premier temps assez ordinaire, plutôt surfait. Mais une fois prise dans l'histoire, je n'y ai plus prêté attention, je suis donc incapable de dire s'il s'améliore ou non ! En tout cas c'est une écriture plutôt directe et peu littéraire.

En quelques mots…

Ainsi, ce roman est une petite bombe pour adolescents, mêlant science-fiction, romance et suspense, en plein milieu de l'espace. L'intrigue est prenante et les personnages attachants, bien qu'ils soient stéréotypés. Malgré une romance un peu rapide, on se laisse prendre au jeu et la fin nous laisse sur l'envie pressante de connaître la suite de l'histoire ! Les adolescents à partir de 14 ans devraient adorer cette série.

Note : 4/5
Stellabloggeuse

--------
« Silence absolu. Je flotte. Dans l'espace. Je suis recroquevillée sur moi-même comme le fœtus du logo Genesis, sans casque ni combinaison, simplement vêtue de la sous-combi noire aussi fine qu'une deuxième peau. Il n'y a plus de capsule ni de vaisseau, il n'y a plus de jeu ni de programme. Il n'y a que les étoiles qui tournent lentement tout autour de moi. Ou plus exactement, c'est moi qui tourne sur moi-même, aspirée par l'espace. […] Une boule rouge. Mars. Ici, pas de continents, pas d'océan. Juste les aplats rouges des plaines, les ombres rouges des montagnes, les failles rouges des canyons qui déchirent la planète comme des balafres mal cicatrisées. »

« Aimer, ça ne veut pas dire tout accepter de l’autre sans question ni remise en cause. […] Aimer c’est se battre pour ce que l’on croit être le meilleur pour l’autre même si l’autre ne le sait pas. L’amour que je t’offre est une bataille. Celui de Mozart, c’est une capitulation »
--------
Ce roman fait partie du challenge :

Challenge 100% R : 27e lecture

2 commentaires:

  1. Réponses
    1. Il est vraiment addictif, et avec un côté original. Une très bonne surprise!

      Supprimer

A vous de donner votre avis, il est le bienvenu !